logo_academie_toulouse

Chers élèves,

Pour la seconde fois en dix mois, la France a été victime de vagues d’attentats meurtriers.

Pour faire face, comme simple citoyen, à ce type de menace, il y a un mot qui doit faire écho : Résister.

Le premier acte de résistance consiste à continuer de vivre normalement, c’est-à-dire aller au lycée , au cinéma, assister à des spectacles, participer à des rencontres sportives, partager des moments de convivialité avec ses amis à la terrasse d’un café ou d’un restaurant, bref, ne pas avoir peur. Il faudra cependant respecter des règles élémentaires de prévention.

Le second acte de résistance, sans aucun doute le plus important, est de marquer notre attachement à ce qui nous est commun, ce qui nous lie, je parle ici de notre HUMANITE. Vendredi soir, ce sont des hommes, des femmes, des enfants qui ont été atteints, quelles que furent leurs opinions politiques, philosophiques ou leurs convictions religieuses. Leurs familles et leurs proches sont atteints de la même peine, le deuil. Pour répondre à la barbarie et l’inhumanité, Il est essentiel de rappeler et faire vivre les valeurs qui fondent notre République, plus particulièrement la Fraternité. Vivre en FRATERNITE, au quotidien est le plus beau et le plus efficace acte de résistance.

Sachez que je soutiendrai les initiatives des élèves dans la mesure où elles respectent les valeurs et principes de l’école Républicaine et le fonctionnement de l’établissement.

Pour conclure, le Président de la République a décrété un deuil national de trois jours, depuis samedi le drapeau du Lycée est en berne. Nous observerons une minute de silence ce matin à 11heures, les signaux de début et de fin seront indiqués par la sonnerie de l’établissement.

Je sais pouvoir compter sur votre intelligence et votre sens des responsabilités. En attendant vos éventuelles propositions, je vous invite à relire « la charte de la Laïcité » annexée au règlement intérieur et à réfléchir sur cette belle citation d’Antoine de Saint Exupéry : « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis. »

Yvon Manac’h
Le Proviseur

Le Proviseur aux élèves